.



Bienvenue chez moi.
Je vous y montre mes collections diverses, et les poésies et contes que j'aime.
N'hésitez pas à me laisser vos commentaires.
Vous pourrez voir mes collections et broderies déjà publiées sur mon ancien blog ICI

mardi 30 avril 2013

Miniatures parfums









CORINNE m'avait envoyé des miniatures de parfums. Je vous en ai déjà montré une partie ICI, voici le reste.


Merci Corinne

    


                Talisman de Balenciaga          Montana
                     Lacoste      Vie privée d'Yves Rocher  Open de Roger&Gallet
                         Eau cendrée de Jiacomo    





L'intention des parfums est de produire un effet enivrant et séduisant
Patrick Süskind (Le parfum)




Les parfums sont plein de stratagèmes et si vous les traitez avec négligence, ils éparpillent vos secrets aux quatre vents
Louise de Vilmorin




"Aussitôt, je sentis un parfum de femme qui brilla dans mon âme comme y brilla depuis la poésie orientale. Je regardai ma voisine, et fus plus ébloui par elle que je ne l'avais été par la fête."
Honoré de Balzac (Le lys dans la vallée)









lundi 29 avril 2013

Marque-page chocolat











Pour les gourmandes, (comme moi !) un peu de chocolat pour commencer la semaine !



Florence Poing
  
            
                        Petit troll et sa maison en chocolat
         

Il était une fois une petite maison tout en chocolat. Elle était installée dans une jolie clairière entourée d'une forêt magique, car tous les habitants de ce bois avaient le don de la parole. Lapin, cerf, biche, faon, chevreuil, chevrette, chevreau, renard et autres gambadaient joyeusement toute la journée tout en discutant avec les arbres et les fleurs.
 
Tout semblait magnifique dans cette forêt sympathique, le ciel était tout bleu, le soleil brillait de tous ses rayons, les petits oiseaux gazouillaient et le petit troll malin logeant dans la petite maison était heureux de tout ce bonheur.
Tout semblait donc parfait dans ce pays merveilleux. Et pourtant, un gros problème se posait à petit troll. Dès que le soleil se levait, il devait sortir tous ses parasols pour protéger sa maison, qui malheureusement, malgré tous ses efforts, fondait tous les jours d'été un peu plus. Petit troll était courageux et il reconstruisait tout ce qu'il pouvait pendant la nuit, mais rien n'y faisait.
 
Tous les habitants de la forêt décidèrent de se réunir et de chercher une solution. Les uns proposèrent d'arroser la maison continuellement, les arbres lui offrirent d'agrandir leurs branches pour protéger le toit de leurs feuilles, les animaux allèrent chercher les branchages feuillus les plus grands possibles pour éventer la demeure. Tout le monde se mobilisa, mais rien ne fut concluant.
 
Lapinou, qui avait aidé, dit tout à coup : 

-"J'ai vraiment trop chaud, ah la la, si nous pouvions nous baigner !"
 
Petit troll se leva d'un bond et dit : 

-"La voilà, la solution, vite, toi, le chêne-liège, donne-moi ton écorce bien en rond, toi le pin, donne-moi ta sève pour que je fasse des joints, et vous tous, démontez la maison et mettez tous les morceaux là dans le rond de liège."
 
Chacun s'activa en se demandant bien où petit troll voulait en venir. Quand tout fut fait, petit troll leur dit d'attendre la fin de l'après-midi. Pendant ce temps, il se fabriqua un hamac, qu'il suspendit aux branches du gros chêne-liège.
Le soleil ayant dardé toute la journée, le chocolat avait tout fondu dans le rond de liège et petit troll appela lapinou et lui dit : 

-"Regarde, si tu veux, maintenant tu peux te baigner, voici une piscine de chocolat." 

Toute l'assistance regarda, ébahie, petit troll. Lapinou sauta dans le chocolat suivi par tous ces amis et la fête commença.
 
Tout à coup, l'un des convives demanda à petit troll : 

-"Mais où vas-tu habiter maintenant ?" 

-"Et bien, lui répondit-il, la forêt est un bel endroit pour vivre sous ce beau soleil, tu vois, j'ai mis mon lit dans le grand chêne et toute cette belle herbe me fera une place pour manger et m'amuser." 

-"Oui, c'est vrai, lui dit son ami, mais l'hiver, comment feras-tu ?" 

-"Pas de problèmes, lui répondit petit troll, je reconstruirai ma maison avec le chocolat et grâce au froid, plus rien ne fondra !"
 
 
Les contes pour enfants du monde









samedi 27 avril 2013

Marque-page fleurs de cerisiers









Le Hanami est une coutume traditionnelle japonaise vieille de plusieurs siècles, qui fête la floraison des cerisiers. De nos jours, les japonais partent pique-niquer en famille ou entre amis sous ces arbres en fleurs, dans les jardins et les parcs.



                                            Denis Junemann



Je vous transcris la traduction de la chanson japonaise : "Sakura, Sakura", que vous entendez.

 Sakura veut dire cerisier et fleur de cerisier en japonais. 


                   Sakura, Sakura

Fleurs de cerisiers, fleurs de cerisiers,
Sur les montagnes et dans les villages,
A perte de vue.
Elles ressemblent à de la brume ou des nuages,
Fragrantes dans le soleil matinal.
Fleurs de cerisiers, fleurs de cerisiers,
Elles sont en pleine floraison.

Fleurs de cerisiers, fleurs de cerisiers,
Dans le ciel d'avril
A perte de vue.
Elles ressemblent à de la brume ou à des nuages
Qui fleurissent en embaumant.
Allons ! Allons !
Allons les voir !

Chanson japonaise 





Dans mon jardin, le cerisier-fleurs commence juste à fleurir





                                   Bon week-end !





vendredi 26 avril 2013

Marque-page partition








                                             Jeff Spielman





                    Fantaisie
 
Il est un air pour qui je donnerais 
Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber,
Un air très vieux, languissant et funèbre,
Qui pour moi seul a des charmes secrets.
 
Or, chaque fois que je viens à l'entendre,
De deux cents ans mon âme rajeunit:
C'est sous Louis Treize; et je crois voir s'étendre
Un coteau vert, que le couchant jaunit.
 
Puis un château de briques à coins de pierre,
Aux vitraux teints de rougeâtres couleurs,
Ceint de grands parcs, avec une rivière
Baignant ses pieds, qui coule entre des fleurs;
 
Puis une dame, à sa haute fenêtre,
Blonde aux yeux noirs, en ses habits anciens,
Que dans une autre existence peut-être,
J'ai déja vue... et dont je me souviens !
 
 
Gérard de Nerval (1808-1855)





 

jeudi 25 avril 2013

Marque-page pinceaux









        Florence Poing




                        La peinture


J'use de brosses de crayons de pinceaux de tous poils
Avec mes instruments je m'attaque à des toiles
Ainsi qu'un musicien joue une partition
J'exécute mes oeuvres avec application

Je sais l'art du portrait et des nobles figures
J'emprunte mes motifs à la littérature
J'exprime mes sentiments au moyen de couleurs
Le bonheur je le sais est un savant mélange

Je peins d'après nature ou entre quatre murs
Il m'arrive souvent de changer de modèle
Ce n'est qu'à la peinture que je reste fidèle

L'art est un exutoire à toutes les passions
Quand la passion gouverne c'est un mauvais démon
Mais quand c'est la raison il éclaire comme un ange


Alain Hannecart (poésie.webnet)     










mercredi 24 avril 2013

Marque-page fleur








                                              Editions ETC




       La messagère


La fleur, exquise messagère,
En son petit coeur rose ou bleu
Qu'embaume une senteur légère,
Enferme l'infini d'un voeu.

Frissonnante dans sa corolle,
La fleur, ce vivant billet doux,
Exhale en parfum la parole
Dite, en tremblant, du fond de nous.

Parfois, sous le poids chaud d'une âme,
Meurtrie, elle se penche et meurt...
Il faut être poète ou femme

Pour ne pas accabler la fleur.

Seule, une phrase délicate
Brûle en elle comme un encens;
Mais son âme fragile éclate
Sous le fardeau des mots pesants.

Pour épargner sa grâce fine,
Confions-lui le rêve aimé
Dont l'émoi subtil se devine,
En un soupir, sans l'exprimer.


Albert Loizeau (Le miroir des jours)
(poète québécois 1878-1924)     








  

mardi 23 avril 2013

Marque-page femme





Je reprends un des derniers articles de mon ancien blog, puisque je ne l'avais pas très réussi !



                                            Magalie Masson



Le jour où je vous vis pour la première fois

Le jour où je vous vis pour la première fois,
Vous aviez un air triste et gai : dans votre voix
Pleuraient des rossignols captifs, sifflaient des merles;
Votre bouche rieuse, où fleurissaient des perles,
Gardait à ses deux coins d'imperceptibles plis;
Vos grands yeux bleus semblaient des calices remplis
Par l'orage, et séchant les larmes de la pluie
A la brise d'avril qui chante et les essuie;
Et des ombres passaient sur votre front vermeil
Comme un papillon noir dans un rai de soleil.

Jean Richepin (poète français 1849-1926)











mercredi 10 avril 2013

La fée du printemps






 Voici un marque-page représentant la fée du printemps, peinte par une enlumineuse du Puy du Fou (voir ICI)                                                

                                              Nathalie Fortin


Les ficaires viennent piqueter d'étoiles d'or l'ombre frileuse des sous-bois où rôdaient hier encore les friches rabougries des temps sombres. L'anémone Sylvie, si pâle, si fragile dans sa neigeuse corolle, ose sa première sortie, comme une belle princesse dormante, dans son buisson de ronces, bat des paupières et s'éveille au baiser du fiancé solaire.

"Oubliant sa vieillesse, 
Quand le printemps surgit
Le monde rajeunit 
Et le fées sont en liesse"

murmure Cicely sur la brise parfumée des arcs-en-ciel renaissants.


 Une à une, déplissant leurs ailes engourdies, chaque fée s'étire, bâille, dénoue une chevelure d'azur et s'envole jardiner les prés et, là où leurs pieds se posent, s'épanouit l'éclat céleste des rêves de jacinthes.

Le coucou, de deux notes, annonce alentour que tout va bien.

Que le temps sans âge jamais ne meurt, qu'il suffit de la clef d'une primevère pour ouvrir le ciel au retour du printemps.  


Cicely Mary Barker (Le jardin féerique)