.



Bienvenue chez moi.
Je vous y montre mes collections diverses, et les poésies et contes que j'aime.
N'hésitez pas à me laisser vos commentaires.
Vous pourrez voir mes collections et broderies déjà publiées sur mon ancien blog ICI

samedi 30 novembre 2013

Broderie B

Vous pouvez voir mes broderies réalisées pour Noël 2013 dans la catégorie Noël, et d'autres broderies publiées sur mon ancien blog ICI



Cela fait un moment que j'ai brodé l'ouvrage que je vous présente aujourd'hui. J'attendais de l'avoir finitionné pour vous le montrer, mais comme ce n'est toujours pas fait, je le montre quand même !

J'avais choisi de broder la lettre B





B comme Brigitte qui est mon vrai prénom, pour celles qui ne le savent pas encore, et B comme brodeuse. 





J'ai trouvé la grille dans le livre "Marie-Claire idées", et je l'ai brodée avec le rouge 498, sur une toile aïda couleur lin. Le B fait 15 cm sur 14 cm.





                        La brodeuse


Sous la coiffe opaline s'évasent en douceur
Des fils de lumière aux reflets irisés.
Posée, sur l'acajou précieux d'une petite table,
Tendue à l'extrême dans des cerceaux de bois,
Une blanche batiste ceinturée de dentelles,
Dévoile pudiquement sa fantaisie de points.

Délicatement brodées sur le coeur de la toile,
Deux initiales aux jambages élégants et racés
S'enlacent et s'élancent en arabesques fines.
Retenue prisonnière dans un fil de l'ouvrage,

Une aiguille minuscule, à la langue effilée
Entame le serpentin d'un filet ajouré,
Ciselé sur la pureté du lin du délicat mouchoir.
Sous la voute neigeuse de ses cheveux soyeux,

La tendresse infinie de ses yeux occultée,
Je crois bien que ma grand-mère sommeille.
Alors, sans mot dire, je m'approche et me risque,
A broder de mes lèvres sur la peau de sa main d'artiste,
Le tracé d'un baiser parfumé de mon amour pour elle.


Marybé Dom  (poésie.webnet)






                                        Passez un bon week-end




jeudi 28 novembre 2013

Marque-pages lecture




Quatre marque-pages de livres aujourd'hui






"Un livre est une fenêtre par laquelle on s'évade."
Julien Green





"Lire un roman qui vous emporte, que vous ne pouvez lâcher, que vous essayez de faire durer, comme un plaisir toujours reconduit, reste un des grands bonheurs de notre vie de chaque jour."
Jean d'Ormesson




"La lecture agrandit l'âme."
Voltaire




"Les livres sont les amis les plus discrets et les plus constants, les conseillers les plus accessibles et les plus sages, et les professeurs les plus patients."
Charles William Eliot (1834-1926 président de l'université de Harvard)









mercredi 27 novembre 2013

Marque-pages Oscar et Shrek



MARYLOU m'avait envoyé 2 cartes de dessins animés, "Le gang des requins" et "Shrek"





Sur ces cartes-marque-pages, les personnages étaient pré-découpés et autocollants, et comme elle me les avait envoyées en double, je me suis fabriquée 2 autres marque-pages   































Si bien que j'ai maintenant quatre beaux marque-pages de cinéma



 

Merci Marylou



Deux petits résumés des films :

Gang de requins est un film d'animation américain réalisé par Eric Bergeron, Vicky Jenson et Rob Letterman et sorti en 2004.

Oscar, modeste employé au LavO'Baleine, rêve de gloire. Pour frayer avec le gratin, il profite d'un malentendu : étant témoin de la mort d'un requin blessé mortellement par une ancre, il se fait passer pour un valeureux tueur de squales grâce à l'amitié d'un requin végétarien.
Malheureusement, les autres requins, dévastés, vont vouloir se venger du tueur de squales, ce qui va mettre Oscar en danger...

résumé wiki



Shrek est un film d'animation américain réalisé par Andrew Adamson et Vicky Jenson, adapté d'un conte de fées de William Steig et sorti en 2001.
Depuis, 3 autres volets sont sortis

Shrek, un ogre verdâtre, cynique et malicieux, a élu domicile dans un marécage qu'il croit être un havre de paix. Un matin, alors qu'il sort faire sa toilette, il découvre de petites créatures agaçantes qui errent dans son marais.
Shrek se rend alors au château du seigneur Lord Farquaad, qui aurait soit-disant expulsé ces êtres de son royaume. Ce dernier souhaite épouser la princesse Fiona, mais celle-ci est retenue prisonnière par un abominable dragon.
Il lui faut un chevalier assez brave pour secourir la belle. Shrek accepte d'accomplir cette mission. En échange, le seigneur devra débarrasser son marécage de ces créatures envahissantes.
Or, la princesse Fiona cache un secret terrifiant qui va entraîner Shrek et son compagnon l'âne dans une palpitante et périlleuse aventure.

Résumé allociné




Et la bande-annonce de Shrek (trop rigolo ce film, mes filles ont les DVD à la maison, j'adore l'âne !)












mardi 26 novembre 2013

Marque-page crayons





Florence Poing






                                       Eglantine


Il était une fois une petite fleur prénommée Eglantine. Son papa, églantier, qui était un grand rosier sauvage, vivait à côté de nombreuses espèces de fleurs tout à fait extraordinaires. Il y en avait des jaunes, des rouges, des blanches, des bleues, des mauves, et chacune avait fière allure devant les passants. Ceux-ci s'arrêtaient en chemin presque tous les jours pour les admirer. Il y en avait même qui les photographiait. Il faut dire qu'elles étaient très belles. De temps en temps, elles courbaient la tête pour saluer le monde qui défilait devant elles.Chacune avait un nom.

La plus grande de toutes s'appelait Madame Hortensia. C'est elle qu'on voyait en premier, c'est normal, elle dépassait d'une tête au moins toutes ses amies, les autres fleurs. Avec sa couleur bleue et son épais feuillage, on aurait dit qu'elle portait une robe de princesse, et devant elle, les passants faisaient la révérence. On la respectait.

La plus élégante était Madame Tulipe. Bien dressée sur sa petite tige avec ses deux feuilles allongées de chaque côté, on aurait dit deux petites mains prêtes à applaudir. Elle était merveilleuse d'éclat avec ses couleurs jaune ou rouge. Avec elle, on était au spectacle et les passants la remarquait, car elle était d'une grande beauté. On l'admirait.

La plus fragile était Madame Marguerite. Toute fine et fluette, avec sa petite tête jaune auréolée d'un chapeau de pétales blancs, elle avait toujours l'air timide, mais les passants s'arrêtaient aussi devant elle, surtout les amoureux...qui l'effeuillaient en s'embrassant. On l'aimait beaucoup, car elle donnait de l'amour. C'était son secret.


La plus mystérieuse était Madame Oeillet. Avec ses petits boutons rouges, roses ou blancs qui poussaient deci delà, on aurait dit qu'elle s'emmitouflait en permanence pour se protéger des intempéries, mais son feuillage était aussi léger qu'une robe de printemps. Pourtant tout le monde l'approchait, les hommes surtout... parce que sa petite tête fine et bien pleine dégageait des effluves tout à fait extraordinaires. Son mystère, c'était son parfum. On la respirait.

La petite Eglantine, elle, personne ne la regardait, ne l'effeuillait, ni ne la respirait...Au contraire, on l'évitait. C'était une fleur sauvage. Elle poussait n'importe où, n'était pas cultivée et il y avait de drôles de piquants sur son arbuste. A son contact, les gens se blessaient, alors personne ne s'approchait d'elle et elle était bien triste. Souvent, le matin, elle s'éveillait en larmes parce qu'elle avait pleuré. Les passants disaient que c'était la rosée du matin et ils passaient leur chemin. Elle aurait bien aimé leur dire quelle avait du chagrin, mais elle n'était qu'une fleur, et les fleurs ne disent rien. Elles font juste semblant d'être gaies, même si leur coeur est blessé.

Mais un beau jour tout changea.


Elle avait remarqué depuis quelque temps un beau jeune homme blond qui venait s'asseoir chaque jour à deux pas de son arbuste. Au début, étonnée, elle se demandait ce qu'il venait faire, car il avait l'air différent des autres passants et ne semblait pas porter attention, comme tout le monde, à ses amies les fleurs. Il avait coutume d'emmener avec lui tout un matériel qui semblait très compliqué. De temps en temps, il s'allongeait dans l'herbe chaude et semblait réfléchir...parfois même il lui arrivait de fermer les yeux. Mais un beau jour, il se mit à la regarder d'une façon étrange, et pendant qu'il la fixait ainsi, elle vit qu'il sortait de sa sacoche, qu'il avait toujours sur l'épaule, une ribambelle de crayons de toutes les couleurs. Intriguée, elle ouvrit ses pétales, et sans cesser de l'observer, elle remarqua qu'il gribouillait sur une grande feuille de papier blanc, des formes qui ressemblaient à son arbuste, puis une fleur... qui lui ressemblait. Eglantine n'en croyait pas ses yeux... le jeune homme la dessinait, elle, la petite fleur sauvage que jamais personne n'avait remarquée.




Bientôt, une foule de passants vint entourer le jeune homme pour admirer son oeuvre et les oiseaux se mirent à chanter dans les arbres.

Ainsi était Eglantine, la petite fleur qu'on dessinait.


Les contes pour enfants du monde









samedi 23 novembre 2013

Pilulier fillette



Voilà bien longtemps que je n'ai pas montré de piluliers. J'en ai déjà publié une trentaine dans mon ancien blog (ICI)

Voici aujourd'hui une charmante petite fille rétro







de profil






                 La rose de l'infante


Elle est toute petite; une duègne la garde.
Elle tient à la main une rose et regarde.
Quoi ? Que regarde-t-elle ? Elle ne sait pas. L'eau;
Un bassin qu'assombrit le pin et le bouleau;
Ce qu'elle a devant elle; un cygne aux ailes blanches,
Le bercement des flots sous la chanson des branches,
Et le profond jardin rayonnant et fleuri.
Tout ce bel ange a l'air dans la neige pétri.

On voit un grand palais comme au fond d'une gloire,
Un parc, de clairs viviers où les biches vont boire,
Et des paons étoilés sous les bois chevelus.
L'innocence est sur elle une blancheur de plus;

Toutes ses grâces font comme un faisceau qui tremble.
Autour de cet enfant l'herbe est splendide et semble

Pleine de vrais rubis et de diamants fins;
Un jet de saphirs sort des bouches des dauphins.
Elle se tient au bord de l'eau; sa fleur l'occupe;

Sa basquine est en point de Gênes; sur sa jupe
Une arabesque, errant dans les plis du satin,
Suit les mille détours d'un fil d'or florentin.
La rose épanouie et toute grande ouverte,
Sortant du frais bouton comme d'une urne verte,
Charge la petitesse exquise de sa main;
Quand l'enfant, allongeant ses lèvres de carmin,
Fronce, en la respirant, sa riante narine,
La magnifique fleur, royale et purpurine,
Cache plus qu'à demi ce visage charmant,
Si bien que l'oeil hésite, et qu'on ne sait comment
Distinguer de la fleur ce bel enfant qui joue,
Et si l'on voit la rose ou si l'on voit la joue.
Ses yeux bleus sont plus beaux sous son pur sourcil brun.
En elle tout est joie, enchantement, parfum...


 ...La douce enfant sourit, ne faisant autre chose
Que de vivre et d'avoir dans la main une rose,
Et d'être là devant le ciel, parmi les fleurs...


Victor Hugo


 

Bon week-end  à tous !





 

vendredi 22 novembre 2013

Salon de broderie




Comme je vous l'avais dit dernièrement, je suis allée il y a 15 jours à un salon de la broderie.



D'après l'affiche, je pensais que c'était un salon de vente de grilles, fils, rubans...etc, par les créateurs

Mais quand je suis arrivée dans la salle, il y avait en plus une belle exposition de broderies, et j'ai ainsi appris que ce salon était organisé par le club de broderie de Plomelin, tous les 2 ans, où elles exposent les ouvrages de toutes sortes qu'elles ont brodés pendant 2 ans. Le thème principal cette année était la gourmandise, d'où l'affiche.

Hélas, je n'ai pas pu faire de photos, je n'avais pas mon appareil ! Je ne peux donc pas vous les montrer.

Je peux quand même vous montrer quelques achats que j'ai effectué auprès des créateurs présents

Une grille de la carte de Bretagne que je lorgnais sur internet depuis quelques temps ! de chez CREADES



Les fils pour la broder, et 2 toiles colorées pour de futurs ouvrages, une gris clair et l'autre mauve clair (mais on ne voit pas très bien le rendu des couleurs sur la photo)



Une grille d'éventail de chez "LE PETIT POINT COMPTE"




et des fils teintés de chez "CREADES" sur la 1ère ligne
et des "FILS A SOSO" sur la 2eme ligne




Et surtout j'ai pu discuté avec les brodeuses qui exposaient, et comme j'étais intéressée, elles m'ont dit de venir voir une de leurs séances. J'ai donc passé l'après-midi de lundi avec elles. Et comme ça m'a plu, je me suis inscrite, et vais désormais les rejoindre tous les lundi ! ça faisait un moment que je cherchais ce genre d'atelier, mais autour de chez moi, il n'y avait rien de semblable. Là c'est un peu plus loin, mais tant pis, j'ai enfin trouvé mon bonheur !

En attendant de vous montrer mes futurs ouvrages, voici pour aujourd'hui un de celui que je suis en train de broder. Peut-être devinerez-vous ce que c'est ?







Bonne journée !









jeudi 21 novembre 2013

Marque-page fleurs

          

Un marque-page fabriqué par MIA





merci Mia !





                          Les fleurs


Oh ! De l'air ! Des parfums ! Des fleurs pour me nourrir !
Il semble que les fleurs alimentent ma vie;
Mais elles vont mourir...Ah ! Je leur porte envie :
Mourir jeune, au soleil, Dieu ! Que c'est bien mourir !

Pour éteindre une fleur il faut moins qu'un orage :
Moi, je sais qu'une larme effeuille le bonheur.
A la fleur qu'on va fuir qu'importe un long courage ?

Heureuse, elle succombe à son premier malheur !

Roseaux moins fortunés, les vents, dans leur furie,
Vous outragent longtemps sans briser votre sort;
Ainsi, roseau qui marche en sa gloire flétrie,
L'homme achète longtemps le bienfait de la mort !

Et moi, je veux des fleurs pour appuyer ma vie;
A leurs frêles parfums j'ai de quoi me nourrir.
Mais elles vont mourir...Ah ! Je leur porte envie;

Mourir jeune, au soleil, Dieu ! Que c'est bien mourir !


Marcelline Desbordes-Valmore (poète français 1786-1859)











mercredi 20 novembre 2013

Marque-page mexicain





Un marque-page et une carte du Mexique, ramenés par une de mes filles, lors d'un séjour (de travail) au Mexique avec son université.
 
Elle fait partie d'une association étudiante (Enactus) qui monte des projets d'aide pour les étudiants, les chomeurs...Tous les ans, il y a un concours à Paris entre toutes les écoles de France qui participent à l'association, où ils présentent leurs projets, en anglais, devant un jury de professionnels. Et cette année, c'est son groupe qui a gagné, et qui a du coup participé au concours international au Mexique en octobre. 
Là, ils n'ont pas gagné, la coupe a été remportée par l'Allemagne, mais ça a été une riche expérience ! Ils ont pu découvrir les autres projets, et ont rencontré plein d'étudiants de tous pays.
Si vous voulez voir les projets, c'est ICI












                                L'homme devenu soleil (conte Maya)


Ecoutez un peu cette histoire. Mon père me l'a racontée du temps où il vivait encore. Il la tenait de son père à lui, de mon grand-père. Une de ces histoires que racontent les anciens.

Il y a bien longtemps, le soleil était un homme. Une fois où il se trouvait dans une forêt, il s'installa pour dormir dans un arbre. A la tombée de la nuit, des gens se rassemblèrent juste au pied de l'arbre. C'étaient des voleurs.

Ils ramassèrent du bois pour faire un feu et mangèrent. Et puis, une fois le repas terminé, ils s'endormirent. L'homme était toujours dans l'arbre et avait faim. Il lui prit l'idée de descendre pour voir si les voleurs n'avaient pas laissé quelques restes.

-"Sans doute dorment-ils et ils ont bien dû laisser quelque chose que je vais pouvoir manger," pensa-t-il.

Alors il se laissa glisser au pied de l'arbre. Il rassemblait silencieusement ses affaires quand il tomnba sur une boîte. En l'ouvrant, il découvrit un très joli costume. C'était un costume rouge, de ceux que l'on met pour la danse de la conquête. L'homme enfila le costume et aussitôt ses pieds se mirent à danser.
Les voleurs, qui dormaient jusque-là, se réveillèrent et s'enfuirent en courant. L'homme leur avait fait peur avec son costume rouge.

-"Sûr que c'est le Seigneur des montagnes, le Seigneur de la terre," se dirent-ils. 

Alors ils s'enfuirent, et dans leur fuite, tombèrent dans un précipice.

L'homme au costume rouge les poursuivit et lui aussi tomba dans le vide, mais on dit qu'aussitôt, il monta au ciel, tout là-haut. 

C'est lui le soleil qui nous éclaire aujourd'hui, voilà ce que racontent les anciens.



Contes et récits des Mayas - Textes réunis par Perla Petrich


 

calendrier solaire Maya








lundi 18 novembre 2013

Saint-Malo (3) Malouinière du Puits Sauvage




Après Saint-Malo la semaine dernière, nous allons aujourd'hui visiter une Malouinière

Une malouinière est une résidence secondaire construite par les armateurs et les capitaines corsaires malouins (de Saint-Malo) aux XVIIe et XVIIIe siècles, dans un rayon d'une 10aine de kms de St- Malo

Les malouinières servaient aux armateurs malouins pour y organiser des fêtes, pour avoir un jardin et surtout un potager pour cultiver leurs légumes et fruits, et enfin elles leur servaient de poste. En effet les malouinières étaient presque toutes pourvues de pigeonniers, les pigeons voyageurs permettant aux armateurs de communiquer avec les différents ports et avoir ainsi des nouvelles de leurs bateaux.

La plupart des malouinières étaient construites en pierres de pays enduites d’un crépi. Les toits très hauts ainsi que les cheminées sont très caractéristiques. 

côté cour

La malouinière du Puits Sauvage, monument historique, située à Saint-Malo, au hameau de Saint-Etienne, est une ancienne demeure construite par des corsaires et des armateurs malouins du XVIIIe siècle. Elle est de dimension modeste, il en existe de beaucoup plus grandes.  Vous pouvez en voir d'autres ICI

côté jardin

La maison appartient à la famille Gauttier depuis 1807, grâce à Louis Gauttier, armateur, capitaine corsaire, et ami de Surcouf. Elle a été restaurée, de même que le jardin, depuis de nombreuses années, d'après de vieux écrits de la famille et des papiers trouvés chez un notaire, comprenant des descriptions des lieux. Cette demeure a reçu, en 2013, un prix national de l'association des Vieilles Maisons Française, pour 40 ans de restauration et pour l'animation qu'elle propose.

côté jardin

Le propriétaire des lieux fait visiter quelques pièces de la maison, celle-ci étant habitée. En visite guidée, l'intérieur est une page d'histoire locale : salon, bibliothèque, bureau de l'armateur avec toute l'histoire des portraits de famille. Lettres de marques, pistolets, sextants, nombreux tableaux, de même que le mobilier, témoignent du riche passé de sa famille, que le propriétaire nous raconte de façon très intéressante. 
J'y ai d'ailleurs appris (entre autre) la différence entre corsaires et pirates. Les corsaires attaquaient et pillaient les bateaux ennemis sur ordre et pour le compte du roi en temps de guerre. Ils pouvaient d'ailleurs être corsaires et armateurs.
Les pirates étaient des bandits pillant tous navires pour leur propre compte.


La cour abrite les communs (remise à calèche, écuries, cave,cellier, garde-manger, pressoir, grenier à foin, pigeonnier.)

Les communs face à la malouinière

Après la restauration des bâtiments, le jardin a retrouvé son état d'origine depuis 1999, d'après de vieilles photos d'avant-guerre. (Le jardin et l'aile ouest de la maison ont reçu 17 obus pendant la seconde guerre mondiale)


jardin
jardin allée de tilleuls


 Toujours reconstruit suivant photos, le fournil, avec four à pain, et la buanderie, avec un puits datant de 1746
fournil-buanderie


Les navigateurs malouins avaient pour habitude de ramener de leurs expéditions maritimes des cactées qu'ils cultivaient dans leurs malouinières.
Une grande verrière présente plus de 800 espèces de cactus originaires d'Amérique du Sud, d'Afrique du Sud, de Madagascar et d'Australie,certaines étant des boutures de cactées ramenées dans la 1ère partie du XIXe siècle par les ancêtres corsaires du propriétaire.
fournil-buanderie et verrière

Viennent ensuite les vergers(avec pommiers, pruniers, poiriers) et le potager, avec au centre une allée de cerisiers pour séparer les 2
allée de cerisiers


Dans le potager, poussent toutes sortes de légumes, de fleurs, et des plants de vignes, replantés en 2005 d'après la description d'un acte de vente de 1778.


Dans le fond du potager, vous apercevez un petit oratoire

intérieur de l'oratoire

vignes, four à pain et malouinière


(sources prospectus de visite, propriétaire, office du tourisme)









vendredi 15 novembre 2013

Réveries féeriques





Krystal Camprubi





        Fuite en Sologne


J'ai fui; viens. C'est dans l'ombre
Que nous nous réchauffons.
J'habite un pays sombre
Plein de rêves profonds.

Les récits de grand-mère
Et les signes de croix
Ont mis une chimère
Charmante, dans les bois.

Ici, sous chaque porte,
S'assied le fabliau,
Nain du foyer qui porte
Perruque in-folio.

L'elfe dans les nymphées
Fait tourner ses fuseaux;
Ici l'on a des fées
Comme ailleurs des oiseaux.

Le conte, aimé des chaumes,
Trouve au bord des chemins,
Parfois, un nid de gnomes
Qu'il prend dans ses deux mains.

Les follets sont des drôles
Pétris d'ombre et d'azur
Qui font aux creux des saules
Un flamboiement obscur.

Le faune aux doigts d'écorce
Rapproche par moments
Sous la table au pied torse
Les genoux des amants.

Le soir un lutin cogne
Aux plafonds des manoirs;
Les étangs de Sologne
Sont de pâles miroirs.

Les nénuphars des berges
Me regardent la nuit;
Les fleurs semblent des vierges;
L'âme des choses luit.


Victor Hugo





création CERISE-DECO