.



Bienvenue chez moi.
Je vous y montre mes collections diverses, et les poésies et contes que j'aime.
N'hésitez pas à me laisser vos commentaires.
Vous pourrez voir mes collections et broderies déjà publiées sur mon ancien blog ICI

mardi 29 avril 2014

Carnets secrets



Un très joli marque-page fabriqué par MIA






Merci Mia !






     Le petit carnet

Petit carnet secret
Cadeau de mes jeunes années.
Sur tes pages jaunies
L'ombre de mes amies.
Chacune a suivi sa route, 
Revoyant aussi sans doute
Les écolières d'autrefois.

Des mots effacés,
Des pages arrachées,
De l'encre pâlie
Se profile la petite fille
Poète à ses heures.
Cette vie antérieure
A-t-elle vraiment existé ?

En tournant les pages
Retrouve au passage
Son premier amour
Perdu à un carrefour
Du chemin de la vie.
Elle croyait au bonheur
Semé dans son coeur
Par des parents aimants.


Reine Bataillou (poesie.webnet)












samedi 26 avril 2014

Marque-page brodé chats et lecture




Voici un marque-page que j'avais brodé il y a un certain temps déjà pour DANIELLE, qui m'envoie régulièrement des marque-pages papier. Elle aime les chats et la lecture, aussi j'avais pensé à cette grille pour qu'elle sache où elle en était de ses pages. Je l'ai ensuite collé sur un morceau de feutrine turquoise

C'est une grille de chez : ploufetreplouf






Je souhaite dans ma maison :
Une femme ayant sa raison,
Un chat passant parmi les livres,
Des amis en toute saison
Sans lesquels je ne peux vivre.

Guillaume Apollinaire

















mardi 22 avril 2014

Marque-page Bob Dylan



Un chanteur que j'aime beaucoup et que j'ai beaucoup écouté dans ma jeunesse !




Bob Dylan, de son vrai nom Robert Allen Zimmerman, est né le 24 mai 1941 à Duluth, dans le Minnesota. C'est un auteur-compositeur-interprète américain. Son style musical évolue au fil des années, pop, folk, rock, blues. 




La plupart de ses oeuvres les plus célèbres datent des années 1960-1970. Certaines de ses chansons, comme blowin' in the wind, sont devenues des hymnes anti-guerre, en particulier la guerre du vietnam.

Si vous voulez l'écouter, ouvrez la vidéo:



Avec les paroles en anglais et en français :


             Blowin' in the wind
 
How many roads must a man walk down              
Before you call him a man ?
Yes, 'n' how many seas must a white dove sail
Before she sleeps in the sand ?
Yes, 'n' how many times must the cannon balls fly
Before they're forever banned ?
 
The answer, my friend, is blowin' in the wind,
The answer is blowin' in the wind.
 
How many years can a mountain exist
Before it's washed to the sea ?
Yes, 'n' how many years can some people exist
Before they're allowed to be free ?
Yes, 'n' how many times can a man turn his head,
Pretending he just doesn't see ?
 
The answer, my friend, is blowin' in the wind,
The answer is blowin' in the wind.
 
How many times must a man look up
Before he can see the sky ?
Yes, 'n' how many ears must one man have
Before he can hear people cry ?
Yes, 'n' how many deaths will it take till he knows
That too many people have died ?
 
The answer, my friend, is blowin' in the wind,
The answer is blowin' in the wind.




                Soufflée dans le vent
 
Combien de routes un homme doit-il parcourir
Avant que vous ne l'appeliez un homme ?
Oui, et combien de mers la colombe doit-elle traverser
Avant de s'endormir sur le sable ?
Oui, et combien de fois doivent tonner les canons
Avant d'être interdits pour toujours ?
 
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
La réponse est soufflée dans le vent.
 
Combien d'années une montagne peut-elle exister
Avant d'être engloutie par la mer ?
Oui, et combien d'années doivent exister certains peuples
Avant qu'il leur soit permis d'être libres ?
Oui, et combien de fois un homme peut-il tourner la tête
En prétendant qu'il ne voit rien ?
 
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
La réponse est soufflée dans le vent.
   
Combien de fois un homme doit-il regarder en l'air
Avant de voir le ciel ?
Oui, et combien d'oreilles doit avoir un seul homme
Avant de pouvoir entendre pleurer les gens ?
Oui, et combien faut-il de morts pour qu'il comprenne
Que beaucoup trop de gens sont morts ?

La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
La réponse est soufflée dans le vent.
 













 
 

vendredi 18 avril 2014

Joyeuses Pâques






Un marque-page d'oeufs et de poule que j'avais mis de côté pour publier à Pâques




Et un autre, recto-verso, que je viens de recevoir de LAURE, de circonstance pour le week-end !




Merci Laure !


Et je réédite un conte que j'avais publié au tout début de mon 1er blog, et que peu de monde avait vu :


                          Le secret des oeufs de Pâques
 
Il était une fois un petit pays tranquille où, lorsque le printemps s'annonçait, les gens, dans chaque village, organisaient un grand marché. Ils enfilaient leur costume de fête et s'installaient sur la place principale pour vendre ce qu'ils avaient produit de meilleur ou de plus beau :
des couronnes de brioche ou de pain doré, des oeufs, des outils de bois sculpté, des ceintures de cuir...
La nature elle-même participait à l'évènement. Les pommiers s'habillaient de blanc, les papillons défroissaient leurs ailes et les fleurs leurs pétales.
 
Un jour, au centre d'un de ces villages, comme d'habitude à cette époque, des fermières comparaient les oeufs de leur poulailler. C'était à qui aurait les plus gros, les plus ronds ou les plus blancs.
Seule une vieille femme se taisait. Elle ne possédait pour toute fortune qu'une petite poule maigrichonne qui ne lui avait donné que trois petits oeufs pas plus gros que des billes.

La pauvre femme soupirait :
 
-"Je suis pauvre, ma poulette, que je t'ai mal nourrie et que tes oeufs sont tout juste bons à offrir aux enfants pour jouer aux billes. Comme il faut cependant que je vende quelque chose afin de gagner quelques sous, c'est toi que je vais être obligée de mettre à l'étalage..."
 
A ces mots, la petite poule se mit à crier :
 
-"Pitié, ma bonne dame ! Je ne veux pas finir rôtie. Si vous me gardez, je vous promet de pondre l'année prochaine les oeufs les plus extraordinaires!"
 
La vieille femme n'en crut rien, mais elle se laissa attendrir et rentra chez elle avec sa poulette.
Une année passa. Et la vieille femme, de plus en plus pauvre, n'avait que quelques poignées de riz à donner à sa petite poule en guise de nourriture.
 
Le jour du marché approchait et la petite bête dépérissait. Elle comprit qu'elle ne pouvait pondre des oeufs plus gros que l'an passé, et, désespérée, elle alla se cacher dans un champ pour se lamenter :
 
-"Que vais-je devenir si je ne suis capable de donner à ma maitresse que trois petits oeufs tout juste bons à offrir aux enfants pour jouer aux billes ? Cette fois, elle sera forcée de me vendre, et je finirai dans l'assiette d'un gros fermier !"
Tout à sa peine, elle ne se rendit pas compte que les fleurs et les papillons l'écoutaient.
 
-"Nous ne laisserons pas faire cela !" chuchotèrent-ils.
 
A la nuit tombée, les fleurs se couchèrent sur le sol, formant une sorte de litière multicolore au creux de laquelle se blottit la petite poule. Puis les papillons étendirent leurs ailes sur elle comme une couverture bruissante et bariolée.
Au matin, lorsqu'elle se réveilla, la poulette se sentit fraiche, dispose, et même si ragaillardie qu'elle se mit à chanter et pondit une demi-douzaine d'oeufs.
 
Et ces oeufs-là n'étaient pas ordinaires !
 
Ils n'étaient toujours pas bien gros, mais ils possédaient toutes les couleurs de l'arc-en-ciel ! Et même, à y regarder de près, on pouvait voir sur leur coquille de très jolis dessins comme on peut en admirer sur les ailes des papillons.
Toute heureuse, la petite poule courut chercher sa maitresse. Celle-ci examina les oeufs un par un avant de les ranger dans son tablier :
 
-"Tu as tenu ta promesse. Ce sont bien les oeufs les plus extraordinaires que l'on puisse voir ! J'ai eu raison de ne pas te vendre !"
  



Le jour du marché, les oeufs de la vieille femme attirèrent les curieux. On se bouscula pour les acheter et la pauvre fermière récolta plus de pièces d'argent qu'elle n'en avait jamais eu dans sa vie.


Depuis ce jour, chaque année, dans ce petit village, puis dans tout le pays, et même dans les contrées voisines, les gens essayèrent de copier les oeufs de la vieille femme en peignant et décorant les leurs. Mais ils ne réussirent jamais à les égaler en couleurs et en délicatesse, car la petite poule, les fleurs des champs et les papillons gardèrent bien leur secret.
 
C'est ainsi que, chaque année, lorsque s'annonce le printemps, on prit dans ce petit pays et ensuite dans le monde entier l'habitude de décorer les oeufs...
 
 
Les contes pour enfants du monde



Joyeuses fêtes de Pâques à tous !






 

mardi 15 avril 2014

Marque-pages lecture


Je vous montre aujourd'hui un bel envoi de DANIELLE


Une carte



et quelques marque-pages de lecture
































 

Merci Danielle !




Et un petit texte qui, je trouve, va bien avec la phrase de la carte  :


                  Feuilleter,
c'est de la gourmandise pour les doigts.
Feuilleté se dit aussi en cuisine,
chaud ou froid, sucré ou salé.
Laisser les pages en l'air un moment,
suspendues, ouvrir au hasard,
laisser les mots se poser sur les yeux.
"Je feuillette les livres, je ne les étudie pas" 
disait déjà Montaigne, qui savait tant de choses.
Feuilleter, c'est chercher sans astreinte
la phrase qui nous parle,
qui, au fond de sa page,
patientait parfois depuis si longtemps.


Alain Grousset et Carl Delaisse (et s'il n'y avait plus de livres ?)













samedi 12 avril 2014

Marque-page Guatemala


Un marque-page très coloré, en laine tissé, avec une petite "poupée-tracas" en laine, ramené par une connaissance lors d'un voyage au Guatemala










Les traditionnelles "poupées-tracas" du Guatemala, ou Quitapenas, sont de petites poupées fabriquées à la main par les indiens du Guatemala.

La légende raconte que chaque nuit au coucher, les enfants racontent leurs soucis à ces poupées, puis les mettent sour leur oreiller ou en tête de lit. Le lendemain, comme par magie, les "poupées-tracas" ont attrapé les mauvais rêves et enlevé tous les soucis.

image internet


Le Guatemala est une république d'Amérique centrale. La capitale est aussi Guatemala, les habitants sont des guatémaltèques et la langue officielle est l'espagnol. Sa monnaie nationale est le quetzal, faisant référence à l'oiseau sacré dont les Mayas utilisaient les longues plumes de la queue comme objets de luxe.

La grande majorité des habitants du Guatemala descend directement des Mayas. Les indiens, largement majoritaires, ont su conserver leurs langues, leurs coutumes, leur foklore et leurs costumes particulièrement riches en couleurs.
(routard.com)







                                   La légende de Xocomil


Il était une fois une princesse maya, du nom de Xocomil. La princesse était très seule, car son entourage, cherchant à la protéger des soupirants mal intentionnés, l'isolait en la sur-protégeant.

Un jour cependant, elle croisa un jeune serviteur qui venait de rentrer au service de son père. Se côtoyant quotidiennement au palais, ils finirent par tomber amoureux l'un de l'autre. Mais afficher leur amour au grand jour aurait été bien imprudent pour le jeune homme. Aussi, ils décidèrent de se retrouver en secret au bord du lac. Plusieurs fois, ils se rencontrèrent sur les rives du lac et passèrent de délicieux moments. 

Mais un jour, après s'être éclipsée discrètement du palais pour rejoindre son fiancé, la princesse Xocomil dut attendre et attendre encore...

Elle ne revit jamais son amoureux...

Depuis ce jour, Xocomil revient quotidiennement vers midi sur les rives du lac Atitlan, sous la forme du vent, voir si son amour sera au rendez-vous. Aussi, pour être sûre de ne pas le rater, elle souffle un jour dans un sens, et d'un autre le lendemain.

Voici donc la seule et véritable explication  du vent aussi changeant qui souffle tous les jours sur les rives du lac Atitlan.



Légende guatémaltèque
















jeudi 10 avril 2014

Marque-page brodé


Une copine du club de broderie, JACQUELINE (jacotte29) m'a offert ce beau marque-page brodé. Ça m'a fait très plaisir !









Merci Jacqueline !





Quelques citations de brodeuses trouvées sur internet :


"La broderie est une récréation de l'esprit."





"Avec la broderie, j'efface tous mes soucis
En brodant, j'évite plein de médicaments
Avec la broderie, j'oublie les tracas de la vie
En brodant, je ne perds pas mon temps
Et autour de moi, je fais des contents
Avec la broderie, j'enjolive ma vie."
(Monique Roy-Brodeur)






"Broder, c'est penser avec ses mains pour donner un peu plus qu'à lire."





Bonne journée et 

bonne broderie aux brodeuses !





mardi 8 avril 2014

Marque-page oiseaux



Un joli marque-page envoyé par CHARMILLE, intitulé "les oiseaux chanteurs bleus"



Turnowsky Art



Merci Charmille !





                 L'oiseau


Mais lors voici qu'un oiseau chante,
Dans une pauvre cage en bois,
Mais lors voici qu'un oiseau chante
Sur une ville et tous ses toits,

Et qu'il dit qu'on voit le monde
Et sur la mer la pluie tomber,
Et des voiles s'en aller rondes,
Sur l'eau si loin qu'on peut aller.

Puis voix dans l'air plus haut montée,
Alors voici que l'oiseau dit
Que tout l'hiver s'en est allé
Et qu'on voit l'herbe qui verdit,

Et sur les chemins la poussière
Déjà, et les bêtes aussi,
Et toits fumants dans la lumière
Que l'on dirait qu'il est midi,

Et puis encore sa voix montée,
Que l'air est d'or et resplendit,
Et puis le bleu du ciel touché,
Qu'il est ouvert le paradis.


Max Elskamp (poète belge 1862-1931)










samedi 5 avril 2014

Les fées et les livres


Un rappel s'il y en a qui ne sont pas trop loin !




Et un petit tour dans le monde des fées 

Corinne Demuynck





                                    Littérature et fées


Il faut bien en convenir, la première qualité du papier est qu'il tient chaud. Quand les jours froids s'en viennent, se creuser une tanière au coeur d'un dictionnaire bien épais est la garantie assurée de passer l'hiver dans une confortable et douillette chaleur. Les rayonnages des grandes bibliothèques ou des librairies offrent ainsi la possibilité de se bâtir un vrai palais de plusieurs pièces avec galeries de communication ! Si vous désirez vous agrandir, qu'à cela ne tienne, vous trouverez toujours un ami rongeur qui se fera un plaisir de creuser dans le bois de l'étagère et, sitôt fait, votre logis s'enrichira d'un second niveau ! 

Toutes considérations livresques mises à part, c'est à peu près la seule explication sensée que l'on puisse trouver à la présence des fées sur une étagère chargée de bouquins !


Pascal Moguérou (L'heure des fées)




Bon week-end !






 

jeudi 3 avril 2014

Marque-page René Cassin


Voici un joli marque-page basque que m'a envoyé FRANCINE,  et dont elle m'a traduit les mots basques


côté recto : Sohüta est le nom basque de Chéraute, une commune de la Soule dans le Pays Basque
recto


Côté verso :
Ikastola : école où on apprend le Basque
Nahi dügün Eskola : Nous voulons l'école en Basque

verso

(Ce qui rejoint les écoles Diwan que nous connaissons en Bretagne pour apprendre le breton)


Merci Francine !





Francine m'a aussi fait un petit topo sur René Cassin, que je vous retranscris ici :

René Samuel Cassin est né le 5 octobre 1887 à Bayonne, dans une vieille famille de tradition juive. Il entreprend des études de droit à l'université d'Aix-en-Provence où il prépare sa thèse de doctorat qui le conduit à devenir juriste. 

En 1914, suite à la déclaration de la première guerre mondiale, il se mobilise et participe notamment à la bataille de la Marne où il est blessé. En 1940, suite à l'appel du 18 juin, il rejoint le Général de Gaulle à Londres, où il crée la commission des droits de l'homme.

Les droits de l'homme furent toute sa vie. Dès 1921, il adhéra à ligue des droits de l'homme fondée en 1898, et ceci le conduit finalement à devenir le principal rédacteur de la déclaration universelle des droits de l'homme, adoptée par l'assemblée générale de l'ONU le 10 décembre 1948. Il a reçu pour cela le prix Nobel de la paix en 1968.

Parmi ses nombreuses fonctions, il assura aussi la présidence de l'alliance israëlite universelle.


Il décède le 20 février 1974 et ses cendres ont été transférées au Panthéon à l'occasion du centième anniversaire de sa naissance, signe de reconnaissance de la nation française à son action militante en faveur des droits de l'homme.

En 2013, a eu lieu à Bayonne la Pastorale René Cassin en son honneur, jouée par les habitants de Sohüta (Chéraute), avec 98 acteurs et 17 musiciens, avec un livret bilingue (français-basque) proposé afin de suivre les 22 scènes chantées qui résumaient sa vie.




blason de Chéraute










mardi 1 avril 2014

Le jardinier








                        Le jardinier


Quand le printemps fleurit que les herbes s'enflamment
Il doit chausser ses bottes et se mettre à la tâche
Dès les premiers rayons le jardin le réclame
De l'aube au crépuscule il travaille sans relâche.

Il rend visite aux fleurs qui fleurissent en touffes
Il desserre les plants qu'en terre il a semé
Il éclaircit les rangs pour ne pas qu'ils s'étouffent
La nature est plus belle quand elle est clairsemée

Pour assouplir la terre il doit se lever tôt
Sur la terre retournée où il enfonce les bottes
Il doit passer le croc pour en casser les mottes

Armé d'outils tranchants il sculpte les végétaux
Sans perdre patience pour le plaisir des yeux
Quelques fleurs ravissantes et des fruits délicieux


Alain Hannecart (poesie.webnet)