.



Bienvenue chez moi.
Je vous y montre mes collections diverses, et les poésies et contes que j'aime.
N'hésitez pas à me laisser vos commentaires.
Vous pourrez voir mes collections et broderies déjà publiées sur mon ancien blog ICI

lundi 29 septembre 2014

Marque-pages livres



ça faisait un moment que je ne vous avais pas montré de marque-pages de lecture. En voici quelques-uns, que j'ai rajoutés à ma collection grâce à FRANCINE

































Merci Francine !


Je n'ai pas envie
De tourner la page
Pas envie
D'aller au bout de la ligne.
J'ai trop peur
Du point final.
J'ai trop peur
De la page blanche.

Bernard Friot (A mots croisés)











 

vendredi 26 septembre 2014

Poupée


Il me restait une poupée de ma collection à vous montrer. Je l'avais trouvé à Emmaüs.

Il n'y a que 3 poupées publiées sur ce blog 
Toutes les autres sont sur mon ancien blog (ICI)

Et voici donc la dernière. Elle mesure 46 cm de hauteur












        
            Rosemonde


Longtemps au pied du perron de
La maison où entra la dame
Que j'avais suivie pendant deux
Bonnes heures à Amsterdam
Mes doigts jetèrent des baisers

Mais le canal était désert
Le quai aussi et nul ne vit
Comment mes baisers retrouvèrent
Celle à qui j'ai donné ma vie
Un jour pendant plus de deux heures

Je la surnommai Rosemonde
Voulant pouvoir me rappeler
Sa bouche fleurie en Hollande
Puis lentement je m'en allai
Pour quêter la Rose du Monde


Guillaume Apollinaire (1880-1918)




  



 






mardi 23 septembre 2014

Fées d'automne



Création CERISE-DECO





Voilà l'automne ! Bien que chez moi, le temps est toujours à l'été ! 

Après un hiver et un printemps difficiles, avec leur lot de tempêtes, nous avons été gâtés par un très beau temps cet été en Bretagne

En ce 1er jour d'automne, voici 2 fées automnales de l'illustratrice Delphine Gache, envoyées par CHARMILLE


fée d'automne

Fée Legendya











Merci Charmille !





                  Rires de fées


Dans la clairière, entre les hêtres roux,
Un petit lac donne des rendez-vous.
Une biche y passe à petits pas légers,
Le cèpe y naît, l'écureuil y surgit.
Le hérisson y roule son défi.
Ces doigts futés qui courent dans mon cou,
Ces rires clairs venus on ne sait d'où,
Ce vent narquois, et soudain, étonnée,
La biche, là, devant moi qui m'étonne,
N'est-ce pas vous, mes moqueuses, les fées ?


Pierre Moussarie (poète français 1910-1978)












samedi 20 septembre 2014

Edgar Degas


Deux marque-pages de danseuses peintes par Edgar Degas



Tiré du tableau " Le Foyer de la danse à l'Opéra de la rue Pelletier (1872)"






Et le 2eme



tiré du tableau "L'étoile ou la danseuse sur scène" (1878)





Edgar Degas (1834-1917), peintre et sculpteur français, est considéré comme un des représentants de l'impressionnisme.



Il a peint de nombreux portraits, de femmes, de familles, de musiciens, de personnages de café-concerts, de nus féminins, des champs de courses... mais ce pourquoi j'aime ce peintre, c'est bien sûr pour ses innombrables portraits de danseuses, que j'adore.




Voilà ce qu'il en dit :   

"Les danseuses m'ont subjugué au point que je ne compte plus les tableaux, études, dessins ou statuettes que je leur ai consacré. Mes yeux étaient pleins de la grâce et de la tension de leurs poses. A l'école de danse de la rue Le Pelletier, avec ses couloirs à peine propres et ses salles grises, on était loin de l'animation joyeuse des scènes de cafés-concerts. N'entrait pas qui voulait à l'examen de danse; j'ai obtenu une carte, que j'ai gardée pendant quinze ans tellement j'étais assidu dans ce lieu austère et transpirant, un lieu unique où je ne voyais que la magie des gestes. Magique, vraiment, ce moment d'arrêt où tout semble se figer pour un instant : le professeur n'a pas encore donné le signal de départ à celle qui va danser, les autres en sont au moment "x" de leurs exercices ou de leurs gestes. La salle devient claire, parfois inattendue, avec une chaise, un étui à violon ou un arrosoir bien en évidence, sans compter tous ces reflets, de ces positions fugitives et gracieuses : jetés, balancés, pirouettes, entrechats, fouettés, pointes. Sans oublier les jupes en corolle, ces tutus aériens aux beaux noeuds dans le dos, de couleurs vives, que chacune portait avec tant de fierté.
Je crois que je ne cesserai jamais de peindre des danseuses. Je les ai regardées de loin, de tout près, en groupes ou isolées, les bras tendus ou baissés, en plein travail ou fatiguées, affalées sur une chaise..."


Extrait du livre "Un dimanche avec Degas" Rosabianca Skira-Venturi


 

La classe de danse 1871





                        x_3fcc528c photo x_3fcc528c.gif













jeudi 18 septembre 2014

Fraises tagada



Je ne sais pas vous, mais moi, j'aime beaucoup les fraises tagada !  A défaut de pouvoir vous faire goûter celles qui sont dans mon placard, je vous offre ce marque-page.



        Florence Poing



La fraise tagada a été inventée en 1969 par la filiale française de Haribo, le célèbre groupe allemand de confiserie.

 Pour en trouver le nom, le directeur commercial de l'époque s'était, dit-on, inspiré d'un spectacle de music-hall où il avait entendu la ritournelle : tagada tsoin tsoin !

Elle se présente sous la forme d'une boule de guimauve aérée, recouverte de sucre fin coloré de rose et aromatisé.

Les fraises tagada sont produites dans l'usine d'Uzès, dans le Gard, à côté de laquelle se trouve le musée du bonbon, qui raconte la merveilleuse histoire des bonbons et la saga de la maison Haribo depuis sa fondation en 1920.

(sources internet)









lundi 15 septembre 2014

Broderie chouettes



Les activités ont repris dans mon club de broderie !

J'ai plusieurs broderies en cours, mais je vous montre aujourd'hui un marque-page que j'avais brodé il y a déjà un moment pour CORINNE (passionbrode77) pour la remercier de toutes les grilles gratuites qu'elle nous offre. Il est fait avec une de ses grilles, j'y ai rajouté une petite breloque chouette.

Corinne adore les chouettes et les collectionne, les brode...




La lune et les hiboux

Assise sur un coussin
La lune met ses bijoux
Pour briller jusqu'au matin
Et faire chanter les hiboux.

Hou ! Hou ! Hou ! Hou ! Hou ! Hou ! Hou !

Les hiboux aiment la lune
Et ils ouvrent leurs yeux ronds
Quand tous les soirs elle s'allume
Pour briller sur les maisons.

Hou ! Hou ! Hou ! Hou ! Hou ! Hou ! Hou !

Elle a mauvais caractère
Se cache pour rien du tout;
On n'en a vu qu'un petit bout.

Hou ! Hou ! Hou ! Hou ! Hou ! Hou ! Hou !

Ces nuits-là, la chose est claire
Les petits enfants hiboux
Qui voient la lune en colère
N'osent pas sortir de leur trou.


Raymond Lichet  (livres jeunesse)





Je vous avais montré il y a quelques mois une carte de Bretagne (ICI) que je brodais d'après une grille de CREADES


Voici où j'en suis aujourd'hui, je n'ai pas beaucoup brodé pendant l'été, mais j'ai bien repris maintenant






Bonne journée !










jeudi 11 septembre 2014

L'edelweiss



L'été est toujours là, avec de belles journées à 28-30°. Plage et baignades sont au programme ! ça fait du bien pour le moral !

Alors, après les roses et les papillons, continuons
avec un joli marque-page fleuri reçu de CHARMILLE



Merci Charmille !



 La légende de l'Edelweiss


"Il y a bien, bien longtemps de cela, dans notre ciel de Tarentaise, brillait une étoile merveilleuse. Pendant leurs longues veilles, les bergers la cherchaient des yeux, car cette brillante étoile avait le pouvoir magique d'exaucer le voeu que lui faisait le premier qui l'avait aperçue. Mais cette étoile, depuis si longtemps qu'elle était là-haut, au firmament, s'ennuyait.


Dans le même temps lointain, un petit prince régnait sur la Tarentaise, et ce prince avait un gros, un très gros souci. Il possédait bien des trésors admirables, des rubis, des bijoux, des joyaux, tous plus riches et plus beaux, mais il avait rêvé de joindre à ses trésors cette étoile si belle qui brillait au ciel.


Or, parmi ces bergers qui gardaient leurs troupeaux sur les plus hauts alpages, près du Miravidi, il en était un qui, mieux que les autres, savait parler à l'étoile. Il était son ami et passait des nuits à la contempler; on l'appelait d'ailleurs '' l'Amoureux de la belle étoile''. 

Le prince, l'ayant appris, fit appeler le berger, lui confia sa peine et lui demanda d'inviter l'étoile à venir dans son château. Et le pâtre, en tremblant, transmit à son Etoile la prière du petit prince.


A cette audacieuse proposition d'un pauvre humain, la cour céleste se réunit. La Reine des Astres gourmanda l'Etoile, tentant de lui faire comprendre que ce serait folie d'écouter la prière d'un mendiant terrestre, ce mendiant fût-il un prince. 

Rien n'y fit, la Belle Etoile, je l'ai dit, avait du vague à l'âme... et s'ennuyait au milieu des constellations. Elle consentit donc, malgré les objurations de sa Reine, à exaucer le voeu de son berger et, d'un trait, elle piqua vers lui.


Lors, la Reine des Astres parlant à ses sujets des cieux ordonna ce qui suit: 

''Une étoile infidèle, oubliant qu'elle était grâce à moi la plus belle, s'est un jour abaissée à sourire aux mortels. Cette injure faite à nos soeurs appelle un châtiment sévère. La coupable, bannie de notre ciel pour l'éternité, devra demeurer dans les sommets déserts, affronter les pires hivers et vivre en solitude, revêtue d'une simple robe blanche''.


C'est ainsi qu'un beau jour, sur les Alpes, naquit dans les rochers abrupts et tout au pied des glaces, cette Etoile arrachée aux infinis espaces, faite de laine blanche et de pistils légers qu'on appelle ''edelweiss'', compagne des bergers.


Légendes des Alpes trouvée sur le net













lundi 8 septembre 2014

Papillon


Un joli papillon que m'a envoyé LAURE









Merci Laure !





           Les papillons


De toutes les belles choses
Qui vous manquent en hiver,
Qu'aimez-vous mieux ?
-Moi, les roses;
-Moi, l'aspect d'un beau pré vert;
-Moi, la moisson blondissante,
Chevelure des sillons;
-Moi, le rossignol qui chante;
-Et moi, les beaux papillons.
Le papillon, fleur sans tige

Qui voltige,
Que l'on cueille en un réseau;
Dans la nature infinie,
Harmonie
Entre la plante et l'oiseau.


Gérard de Nerval








 

vendredi 5 septembre 2014

Marque-page rose









                       La cueillette


Nous vînmes au jardin fleuri pour la cueillette.
Belle, sais-tu combien de fleurs, de roses-thé,

Roses pâles d'amour qui couronnent ta tête,
S'effeuillent chaque été ?

Leurs tiges vont plier au grand vent qui s'élève.
Des pétales de roses ont chu dans le chemin.

Ô belle, cueille-les, puisque nos fleurs de rêve
Se faneront demain !

Mets-les dans une coupe et toutes portes closes,
Alanguis et cruels, songeant aux jours défunts,
Nous verrons l'agonie amoureuse des roses
Aux râles de parfums.

Le grand jardin est défleuri, mon égoïste,
Les papillons de jour vers d'autres fleurs ont fui,
Et seuls dorénavant viendront au jardin triste
Les papillons de nuit.

Et les fleurs vont mourir dans la chambre profane.
Nos roses tour à tour effeuillent leur douleur.
Belle, sanglote un peu...Chaque fleur qui se fane,

C'est un amour qui meurt !


Guillaume Apollinaire (1880-1918)









mardi 2 septembre 2014

Rentrée








Bonjour ! Il parait que c'est la rentrée. Alors je reprends doucement le chemin de mon blog, après des chamboulements dans ma vie suivi d'un déménagement. Quelques mois difficiles et bien remplis. Je commence une nouvelle vie, et comme dit le livre que je lis en ce moment, demain est un autre jour.


Je vous offre ce marque-page de crayons de couleur, de circonstance en ce jour, et une prière pour aider les écoliers !







Litanie des écoliers

Saint Anatole,
Que légers soient les jours d'école !

Saint Amalfait,
Ah ! Que nos devoirs soient bien faits !

Sainte Cordule,
N'oubliez ni point, ni virgule !

Saint Nicodème,
Donnez-nous la clé des problèmes !

Saint Tirelire,
Que grammaire nous fasse rire !

Saint Siméon,
Allongez les récréations !

Saint Espongien,
Effacez tous les mauvais points !


Maurice Carême 


 

création MC




Et une petite touche d'humour, malheureusement de plus en plus vrai !