.



Bienvenue chez moi.
Je vous y montre mes collections diverses, et les poésies et contes que j'aime.
N'hésitez pas à me laisser vos commentaires.
Vous pourrez voir mes collections et broderies déjà publiées sur mon ancien blog ICI

jeudi 30 octobre 2014

Quelques bonbons pour Halloween







Demain, c'est Halloween. Même si je ne l'ai jamais fêté, ce marque-page de bonbons et sucettes de l'artiste Catherine Martini est de circonstance



         







                               Amélie et Halloween
 
 
Un vieux châle noir de sa grand-mère, un chapeau pointu en carton noir, du rouge sur les joues, du noir sur les paupières, du noir sur les lèvres, voilà Amélie prête à faire le tour du quartier.
 
Quand Sarah, Ben, Xavier et Alice viennent la chercher ce trente-et-un octobre, Amélie est on ne peut plus impatiente. Elle rit. Un rire nerveux lié à la préparation, à l'excitation du bel effet du maquillage, à la perspective de la récolte.
 
Un coup de sonnette.
 
-"Voilà, je prends mon balai, j'arrive."
 
Amélie court.
 
-"Au revoir maman !"
 
Elle ouvre la porte, elle la ferme. Elle est déjà dehors. Les cinq enfants descendent la rue. Ils ont décidé de procéder de manière systématique. Du bas vers le haut à l'aller, du haut vers le bas au retour. La rue parallèle, de l'autre côté de l'avenue, ensuite.
Ils atteignent la première maison au bas de la rue. Dring, dring...
 
-"Des bonbons ou un sort !"
 
-"Oh, mes enfants, je n'ai pas de bonbons, même pas un bout de chocolat ! A mon âge, les bonbons, ça n'a plus d'intérêt !"
 
Amélie lève son balai, écarquille les yeux.
 
-"Alors ce sera un sort !"
 
Elle rit de bon coeur. Aussitôt, une toile d'araignée s'élève entre les enfants et la vieille. En son milieu une énorme araignée !
 
-"Oh!"
 
Tous les enfants, la vieille, poussent le même cri. La vieille femme referme vite sa porte. Les enfants s'en vont sans un mot. Amélie ne rit plus. Dring...
 
-"Des bonbons ou un sort !"
 
-"Voici des bonbons les enfants. Amusez-vous bien !"
 
Plusieurs fois le même scénario se reproduit. L'incident de la toile d'araignée semble oublié. Dans le panier de Ben, s'amoncellent sucettes, chocolats, caramels, barres chocolatées, nougats, bonbons mentholés, bonbons aux fruits. Dring...
 
-"Des bonbons ou un sort !"
 
-"Mais je n'ai rien. Rien pour vous."
 
C'est au tour de Xavier de réagir :
 
-"Alors, ce sera un sort !"
 
Xavier sautille en agitant les mains. La femme ferme sa porte.  Les enfants poursuivent leur chemin. Plusieurs maisons. Plusieurs bonbons. De nouveau, c'est au tour d'Amélie de parler. Dring...
 
-"Des bonbons ou un sort !"
 
-"J'ai pas de bonbons. Allez-vous en les mômes !"
 
Amélie lève son balai, écarquille les yeux, sourit.
 
-"Alors, ce sera un sort !"
 
Aussitôt une toile d'araignée s'élève entre les enfants et le malabar. En son milieu, une énorme araignée noire.
 
-"Oh !"
 
Tous, les enfants, le malabar, poussent le même cri. L'homme referme vite la porte. Les enfants s'en vont. Xavier tremble un peu.
 
-"Bizarre...La prochaine fois qu'on refusera, laissez-moi réessayer," dit Amélie.
 
-"D'acord Amélie."
 
Les enfants poursuivent leur chemin. Plusieurs maisons, plusieurs bonbons...Dring...
 
-"Des bonbons ou un sort !"
 
La jeune femme ne réagit pas. Ben répète plus fort :
 
-"Des bonbons ou un sort !"
 
-"Je ne veux pas de colporteur à ma porte !"
 
Amélie lève son balai, écarquille les yeux.
 
-"Alors ce sera un sort !"
 
Aussitôt une toile d'araignée s"élève entre les enfants et la jeune femme. En son milieu, une énorme araignée noire.
 
-"Oh !"
 
La femme referme vite la porte. Les enfants s'en vont. Sarah et Xavier sont pâles. Ben a les joues empourprées.
 
-"C'est fini, Amélie. Plus de sort, tu m'entends ? On rentre chez nous."
 
Amélie, Sarah, Ben, Xavier, Alice se partagent les bonbons et chacun rentre chez soi.
 
A partir de ce jour, Sarah, Ben, Xavier et Alice veillèrent à ne pas se fâcher avec Amélie. Amélie, quant à elle, ne se confia jamais à propos d'un certain trente-et-un octobre.
 
L'année suivante, ils se contentèrent de dire en passant de maison en maison :
 
-"Des bonbons s'il vous plait !"
 
Et  "Dommage !" lorsque la réponse était négative
 
 
 
Les contes pour enfants du monde










lundi 27 octobre 2014

Lectures


Coucou, me revoilà, avec ces trois très jolis marque-pages fabriqués et offerts par MIA














Merci Mia !





Vous savez que ce n'est pas bien,
que c'est même interdit
sur les vieux livres, mais vous le faites
quand même, sans vous en rendre compte,
perdu dans vos pensées, votre lecture.
Vos yeux parcourent la page,

votre attention est à son comble.
Que va-t-il se passer ensuite ?

A deux lignes de la fin, inconsciemment,
vous faites le geste impie, défendu :
Votre doigt s'approche lentement de la bouche,
la langue sort juste ce qu'il faut et vient
humecter le bout de votre index.
Aussitôt après, vous tournez vivement la page,

sans perdre une seconde, 
de peur que le fil de l'envoûtement casse.

ça risque de patiner sur l'écran tactile !



Alain Grousset et Carl Delaisse (Et s'il n'y avait plus de livres)





création MC











samedi 18 octobre 2014

Cartes brodées anniversaires


C'était l'anniversaire d'une de mes filles cette semaine. Je lui avais brodé cette petite carte l'année dernière pour l'occasion. 

                         D'après une grille de Véronique Enginger


Je vous montre aussi d'autres cartes brodées pour d'autres anniversaires



                             D'après une grille de V.Côme




                          D'après une grille de Marie Anne Rethoret

 J'ai trouvé ces trois grilles dans la revue "création point de croix" d'avril 2013


               Anniversaire


J'emprunte les rimes d'Apollinaire
Et les mêle à celles de Baudelaire
Pour te rendre l'heureux destinataire
De ces deux mots "Joyeux anniversaire"

Tout cela n'a rien de spectaculaire
Ne sort pas d'un roman imaginaire
Ne demande pas un vocabulaire
Rare à rechercher dans un dictionnaire

Deux mots simples pour un jour ordinaire
Un jour qui est aux autres similaire
Comme chaque jour le soleil l'éclaire

Et pourtant ces vers veulent satisfaire
Ce poème est tel l'arbre centenaire
C'est pour un ami extraordinaire.


Juliane Le Galles  (poesie.webnet)








La semaine prochaine, je serai absente, je vais faire un petit tour dans les Côtes d'Armor, chez mon frère. Je vous dis à bientôt !





jeudi 16 octobre 2014

Disney


































En rêve j'ai trouvé


En rêve, j'ai trouvé
(Le joli, joli rêve !)
En rêve j'ai trouvé
La clochette enchantée 
Qui dit la vérité.

En rêve j'ai trouvé

(Etait-ce bien un rêve ?)
En rêve j'ai trouvé
Les miettes semées par le Petit Poucet !

En rêve j'ai trouvé
(L'étrange, étrange rêve !)
En rêve j'ai trouvé
La citrouille si grosse
Qui se change en carrosse !

Dans mon plus joli rêve,
Au pied d'un blanc perron,
J'ai trouvé, Cendrillon,
Ta pantoufle de verre.


Madeleine Ley (Femme de lettres belge 1901-1981)











 

mardi 14 octobre 2014

Automne








Les pommes et les poires ont été engrangées
Châtaignes et marrons retirés de leurs bogues
Les noix sont écalées les raisins vendangés
Les cerfs dans les bois entament leur dialogue

La banque de l'écureuil est remplie de noisettes
Pour quand viendra l'hiver éviter la disette
La palette d'un peintre pourrait à peine suffire
A traduire sur la toile le bal des feuilles mortes

Les rubis, les grenats, les topazes, les saphirs
S'accumulent dans les rues s'entassent au pas des portes
C'est le bal des couleurs des ocres et des roux

Tous les arbres déchus vont perdre leur couronne
La forêt se déplume au gré du vent d'automne
Tout l'or va disparaître comme l'or du Pérou


Alain Hannecart (poesie.webnet)




Création Cerise-deco











samedi 11 octobre 2014

Elisabeth-Louise Vigée Le Brun


 
Mme Vigée Le Brun et sa fille



Élisabeth-Louise Vigée Le Brun, née Louise-Élisabeth Vigée (1755-1842), était une peintre française, considérée comme une grande portraitiste.

Son père était peintre, et donnait des cours. Enfant, elle y assistait au fond de la pièce.

A 14 ans, après le décès de son père, elle prend de cours chez Gabriel Briard, membre de l’Académie royale de peinture et possédant un atelier au Louvre.

C’est au Louvre qu’elle fait la connaissance de Joseph Vernet, artiste célèbre dans toute l’Europe, c’est un des peintres les plus courus de Paris, reconnu à la cour grâce à Louis XV, qui lui confiait la peinture des ports français. Elle suivra ses précieux conseils, de même que ceux du peintre Jean-Baptiste Greuze

En 1770, elle réalise son premier chef d'oeuvre, elle s'établit comme peintre professionnel, et les commandes affluent. Elle a 15 ans !

auto-portrait

Le 7 août 1775, Louise-Élisabeth Vigée épouse Jean-Baptiste-Pierre Le Brun, un marchand de tableaux très talentueux qui se révèlera être un joueur invétéré, coureur de jupons insatiable et peintre à ses heures, qui exploitera la célébrité de son épouse

Elle donnera naissance à une fille, Jeanne-Julie-Louise le 12 février 1780

tableau correspondant au marque-page

En 1779, elle est présentée à la reine Marie-Antoinette. Elles s'entendront de suite très bien : même âge, mêmes goûts. Elle devient, entre autres, le peintre officiel de la reine, et en fera de nombreux portraits, ainsi que de ses enfants.

 
Marie-Antoinette à la rose


tableau correspondant au marque-page



Ses toiles sont soit gardées par le roi, soit envoyées aux ambassadeurs et aux cours étrangères, si bien que son talent est connu à travers le monde.

Ce sera aussi grâce à la protection de la reine qu'elle sera admise à l'académie royale de peinture en 1783.

La reine et ses enfants



En juillet 1789, a lieu la révolution. Dans la nuit du 5 au 6 octobre 1789, alors que la famille royale est ramenée de force à Paris, elle quitte la capitale avec sa fille et cent louis, laissant derrière elle son époux, ses peintures et sa fortune.

L’artiste visitera Rome, Vienne, Londres, Saint-Pétersbourg, invitée par toutes les cours d’Europe, peignant sans cesse et se refusant à lire les nouvelles, car elle y apprend que tous ses amis meurent guillotinés.

auto-portrait


En 1800, elle est rayée de la liste des émigrés et peut rentrer à Paris. Elle y reviendra en 1802. Le retour d’Élisabeth est salué par la presse, mais elle a du mal à retrouver sa place dans la nouvelle société née avec l'Empire 

En 1809, Élisabeth Vigée-Lebrun a 54 ans. Elle vit entre Paris, où elle tient salon, et Louveciennes où elle a une maison de campagne voisine du château de Madame du Barry dont elle avait peint trois portraits avant la Révolution.

Elle publie en 1835 ses Souvenirs, qui connaîtront un grand succès et restent un document très intéressant sur les bouleversements de cette époque qu’elle a vécus de si près, pour avoir connu les personnages marquants de son époque : tous les artistes de renom et toutes les cours.

Elle vieillit doucement, sujette à des attaques cérébrales
Elle meurt à Paris le 20 mars 1842 et est enterrée au cimetière de Louveciennes, avec pour épitaphe «Ici, enfin, je repose»

















jeudi 9 octobre 2014

Le coiffeur



 Un marque-page qu'une de mes filles a trouvé chez son coiffeur










                Le coiffeur


Pour commencer, le shampooing :
Mousse, frotte et rince bien.
Ensuite, le démêloir.
Enfin, le séchoir.
Qu'allons-nous faire, mademoiselle,

Pour vous rendre encore plus belle ?
Des tresses ? Des frisettes ?
Des tortillons ? Des bouclettes ?
Le coiffeur réfléchit un peu...
Ce qui vous ira le mieux,
C'est une coupe au rasoir
Avec des mèches roses et bleues !


Corinne Albaut (Comptines des métiers)











lundi 6 octobre 2014

Coloriage


Après la broderie hier, un peu de coloriage aujourd'hui.

 Je ne sais pas chez vous, mais par chez moi, c'est la grande mode des carnets de coloriage pour adultes, comme anti-stress. On en trouve de toutes sortes, mandalas, fleurs, animaux, motifs celtiques... 

Ma fille en a acheté un de fleurs, et moi je n'ai pu que craquer pour ce carnet de fées ! Et c'est vrai que ça détend ! (Comme quand je brode d'ailleurs)


 Il se présente sous forme de dépliant, avec des dessins noirs et blancs recto verso, du dessinateur Niroot Puttapipat.








J'ai commencé à dessiner côté recto






et au verso




"Je vis une jeune fée assise sur une branche, occupée à converser avec un roitelet; les oiseaux connaissent tout du royaume de Féerie, c'est un secret qu'ils prennent soin de garder. Peut-être qu'en prévision d'un voyage, elle lui demandait l'itinéraire le plus rapide ? Ou bien le passereau lui apportait-il un message des fées du bois voisin ? Ou encore discutaient-ils simplement de la fraîcheur du printemps..."

Lucile Galiot



Ma fille dessine les siens avec des  crayons feutres, moi je préfère les crayons de couleurs



Bonne journée !











vendredi 3 octobre 2014

Cartes brodées "merci"


Voici quelques cartes que j'avais brodées pour des blogueuses pour les remercier de leurs envois de marque-pages.


 Je m'étais brodé la même en marque-page !



Je voudrais encore ici remercier toutes celles qui m'envoient des marque-pages, et vous toutes qui suivez mon blog, et me laissez des commentaires qui me font bien plaisir

Merci





"Ce sont toutes ces petites complicités, ces attentions discrètes, ces centaines de sourires qui ont façonné ma vie. Merci !"
Emilie Delarue


"Ce qui est le plus important dans la vie, c'est de donner à quelqu'un un peu de bonheur."
Alice Parizeau


"Dieu t'a offert 86 400 secondes aujourd'hui. En as-tu utilisé une pour dire merci ?"
William Arthur Ward




Merci !







mercredi 1 octobre 2014

Marque-pages parfums


Quatre marque-pages de parfum envoyés par SYSSY, qui est une grande collectionneuse de parfums




Et comme il y a un marque-page Dior, je vous mets un lien vers l'article que j'avais fait sur mon ancien blog sur le musée Christian Dior ICI



Merci Syssy





                Parfum de femme


Et si les femmes abusent du parfum qu'elles préfèrent
C'est qu'un parfum ne pouvant être possédé
Il nous oblige à le suivre et s'il se perd
Fait naître en nous le désir de le retrouver


Alain Hannecart (poesie.webnet)