.



Bienvenue chez moi.
Je vous y montre mes collections diverses, et les poésies et contes que j'aime.
N'hésitez pas à me laisser vos commentaires.
Vous pourrez voir mes collections et broderies déjà publiées sur mon ancien blog ICI

jeudi 27 avril 2017

Chevaux


ERATO et NICOLE m'ont toutes les deux envoyé des marque-pages de chevaux

Erato

 
Nicole





Merci à vous 2 !




                      Le cheval

 


Afin que le cheval illustre la beauté
Qu’il montre à chaque pas force et agilité
Ses membres longs et fins taillés pour la vitesse
Ont été dessinés avec délicatesse

Ses nobles proportions lui donne force et allure
Qu’il dorme ou marche au pas au trot ou au galop
Sa crinière dans le vent flotte sur l’encolure
Tant qu’il semble avancer comme un voilier sur l’eau

Tout est harmonieux juste et équilibré
Son poil brillant est souple sa robe fauve lustrée
Ses sabots de corne dure sont vernis et ferrés

Ses lignes au tracé courbe ont été épurées
Il marche avec fierté sa tête se redresse
Et sa queue de cheval est nattée d’une tresse


Alain Hannecart













mardi 25 avril 2017

Séquoias de Californie


Un marque-page venant de Californie






Les séquoias géants (redwoods) de Californie figurent parmi les plus grands arbres du monde,

Ils dépassent les 100 mètres, leurs troncs font de 2 à 6 mètres de diamètre, et leurs racines sont ancrées à 2 à 3,5 mètres sous terre.
Ils poussent naturellement dans une petite zone étroite d'environ 300 km de long sur le flanc ouest de la Sierra Nevada en Californie. L'espèce pousse à une altitude relativement élevée de l'ordre de 900 à 2440 mètres et se trouve seulement dans quelques forêts. Vous pouvez les contempler dans plusieurs parcs nationaux (parc de Yosemite, parc de Sequoia..) 
Le parc national de Sequoia, créé en 1890, est renommé pour ses nombreux sequoias géants. On y trouve notamment le General Sherman, un séquoia mesurant 83 mètres de hauteur, et le plus grand du monde en volume

Le nombre de séquoias géants que l'on trouve dans ce parc est aussi impressionnant que leurs tailles. De nombreux sentiers permettent à tous de s'approcher de ces grands arbres et d'apprendre leur histoire.

Sources internet


 

General Sherman photo wikipédia












jeudi 20 avril 2017

Elections

Je ne sais pas de qui est ce texte, mais cela fait partie de textes ou images humoristiques que je reçois parfois par mail.
En cette période électorale, j'avais envie de le partager, je trouve la fin marrante...et vraie ! De n'importe quel bord, je crois qu'ils sont tous pareils ! Avides de pouvoir et d'argent, mais pas très à l'écoute du "petit peuple"





Le petit Pierre déménage à la campagne et achète un âne à un vieux fermier pour 100 euros. Le fermier doit livrer l'âne le lendemain, mais justement le lendemain : 

-" Désolé fiston, mais j'ai une mauvaise nouvelle : l'âne est mort."

-"Bien alors, rendez-moi mon argent."

-" Je ne peux pas faire ça. J'ai déjà tout dépensé..."
 

-" OK alors, vous n'avez qu'à m'apporter l'âne. "

-" Qu'est-ce que tu vas faire avec un âne mort ?"

-" Je vais le faire gagner par un tirage au sort à une tombola."
 

-" Tu ne peux pas faire tirer un âne mort comme lot !"    
 

-"Certainement que je peux. Je ne dirai à personne qu'il est mort."

Dans sa situation, le fermier se dit qu'il ne peut pas vraiment refuser. Il amène donc l'âne au petit Pierre. Un mois plus tard, il revient voir le petit Pierre : 

-" Qu'est devenu mon âne mort ? "

-" Je l'ai fait tirer au sort. J'ai vendu 500 billets à 2 euros: ça m'a fait... une recette de 1.000 euros !"

-"Et personne ne s'est plaint ? "

-" Seulement le gars qui a gagné. Mais je lui ai rendu ses 2 euros et il n'a pas fait d'histoire !" 


Pierre a vieilli et est devenu ministre des finances de la France. Et pour gagner plus, il s'est toujours entouré d'ânes et continue à entuber tout le monde....!    
















jeudi 13 avril 2017

Pâques

                 Je vous souhaite de passer de bonnes fêtes de Pâques !



Un petit conte pour les enfants qui iront chercher des oeufs

  
                         Les oeufs de Longues-Oreilles


Il était une fois un lapin, Longues-Oreilles, qui voulait inviter ses copains dans son jardin. Il avait envoyé une carte à Michel le coq, Martin le petit cochon, Robin le poussin, Charlotte la poule, Jean-Claude le canard et Philippe, un autre lapin.
 
Mais la maman de Longues-Oreilles ne voulait personne à la maison la veille de Pâques. Alors, Longues-Oreilles avait creusé un tunnel sous la barrière et il avait fait passer ses amis par ce passage secret.

Charlotte la poule portait un panier rempli d'oeufs blancs. Longues-Oreilles avait apporté de la peinture. Tous les amis se mirent à peindre les oeufs. Ils avaient l'idée de les cacher dans le jardin pour le jour de Pâques.
Chaque animal partit donc cacher quelques oeufs sous les buissons, derrière la maison, dans l'herbe, sous les fleurs, au pied d'un arbre, au milieu des carottes, dans les salades.

Tout à coup, le chien du voisin arriva en courant et en aboyant. La poule se défendit en donnant des coups de bec sur la tête du chien. Le canard sauta dans la mare. Le poussin se cacha au milieu des pissenlits. Le coq cria très fort: "COCORICO!!!" Le cochon sauta dans le boue et éclaboussa le chien.
Les deux lapins, très intelligents, utilisèrent leurs grandes oreilles pour se défendre. Philippe posa les oeufs sur les oreilles de Longues-Oreilles. Et Longues-Oreilles lança les oeufs comme une catapulte sur le chien qui s'enfuit.

Mais tous les oeufs étaient cassés. La maman, qui avait entendu le bruit, se précipita dans le jardin. Et que vit-elle ?
Le sol teinté d'oeufs cassés et les sept amis, sales et malheureux. Demain, il n'y aurait pas d'oeufs pour les enfants.

Alors, Maman ne se fâcha pas. Elle invita tout le monde dans la cuisine et elle alla chercher sa réserve d'oeufs. Chacun se remit au travail.

Le jour de Pâques, tous les enfants du quartier étaient contents, car ils avaient trouvé beaucoup d'oeufs multicolores.



Hellokids.com


Joyeuses Pâques !






vendredi 7 avril 2017

Lisbonne (9)


                                                   Ola !

Nous partons pour une dernière visite à Lisbonne. Nous sommes allées visiter le musée de l'azulejo, car j'aime beaucoup ces carreaux de faïence fortement liés à l'identité culturelle portugaise. Vous avez pu voir qu'on en trouvait partout.

Voici quelques marque-pages d'azulejos glanés au fil de nos promenades. Le dernier est en liège, matériau dont le Portugal est un gros producteur



































Le musée national de l'azulejo est abrité dans l'ancien couvent de Madre Deus, datant de 1509. Il présente l'histoire de l'azulejo au Portugal depuis la seconde moitié du XVe siècle jusqu'à nos jours. 

Et voici quelques photos parmi les très nombreux spécimens d'azulejos exposés








 la montée au cloitre de l'ancien monastère








et quelques plus modernes

ici un effet d'optique, les carreaux sont bien tous à plat

Fernando Pessoa, un célèbre écrivain et poète portugais, né à Lisbonne

une représentation du vieux Lisbonne, avec en 1er plan la place du commerce dont je vous avais parlé.


Le voyage à Lisbonne se termine. J'espère qu'il vous a plu. Pour moi, ça a été un très grand plaisir. Nous avons réussi à voir à peu près ce que nous avions prévu sur ces 3 jours et demi, le vieux Lisbonne, Belem et Pena (sauf Sintra en descendant de Pena et peut-être une traversée du Tage en ferry pour avoir une vue panoramique sur Lisbonne, mais pas le temps !)
Mais c'est une ville qui regorge de monuments, de musées de toutes sortes, de jardins botaniques, de belvédères...Plein de choses à voir !

Nous avons eu une température de 15-16° dans la journée (début février) même si les nuages ont alterné avec le ciel bleu, alors quand à notre descente sur Paris à 16h de l'après-midi, le commandant de bord nous a annoncé 0°! nous avions bien envie de repartir !


                                Obrigada (merci) de m'avoir suivie! 















mercredi 5 avril 2017

Lisbonne (8) château de Pena parc


Comme promis, encore quelques détails des plafonds du château avant d'aller dans le parc


Nous quittons le château pour aller faire un tour dans le parc. Celui-ci s'étend sur 220 ha sur les pentes de la serra. Son labyrinthe de sentiers pédestres permet d’observer une grande quantité de petits monuments, de petites pièces d'eau et fontaines, de fougeraies, d'arbres de toutes sortes, de jardins des camélias...

vue sur la sortie du château


L'heure étant déjà avancée, (suite à nos déboires de transport du matin, et ensuite il y avait tant de choses à voir rien que sur le château !) nous nous contenterons, hélas, de parcourir la partie la plus près du château, pas le temps de faire plus.
ça tombe bien, c'est la partie la plus plate. Pour tout le reste, il faut descendre la pente, mais c'est qu'il faut remonter après, et ça grimpe dur !

Nous y accédons par ce petit pont


un petit monument renfermant les réservoirs d'eau où était pompée l'eau pour le château

camélias autour du château


La table de la Reine, qui était un des endroits préférés de la reine Dona Amélia.

Au-dessus, veille la statue en bronze d'un guerrier



Le Temple des Colonnes, qui est un petit temple érigé en 1840 sur le site d’une chapelle consacrée à Saint-Antoine

Nous y apercevons le château

des champignons de pierres
vue sur la vallée

En nous dirigeant vers la sortie, nous tombons sur cette petite fontaine

et nous apercevons une dernière fois le château


Il faudra attendre encore un certain temps le bus pour redescendre à la gare de Sintra. 
Nous avions prévu, si nous avions le temps avant de rentrer sur Lisbonne, d'aller faire un tour dans le centre de Sintra, qui est aussi très joli et typique, parait-il, mais pas le temps ! Il faudrait 2 jours sur place pour tout voir. 


Mais ce fut une superbe journée, autant pour les découvertes dans ce château féerique que pour la météo !